Rechercher
  • Karine Marchandou - au courant de soi

Ce que j'avais envie de vous transmettre : Sur la procrastination

J'ai participé il y a quelques années à un stage de développement personnel orienté sur le coaching énergétique. L'animateur nous demandait de répondre à la question : " si vous aviez une baguette magique pour vous transformer, qu'est-ce que vous souhaiteriez pour vous-même?

Parmi mes demandes il y avait " arrêter de procrastiner".

Alors, la procrastination, parlons-en déjà... ça vous cause?

Vous vous voyez tourner autour du pot avant d'agir, sentir cette pression qui grandit au fur et à mesure du temps, cet obstacle qui paraît à la fois absurde et qui pourtant prend de plus en plus d'intensité, qui fait passer votre action de besoin, à nécessité, à urgence et même parfois à trop tard?

Alors, si on regarde un peu derrière la procrastination voici ce qu'on peut y trouver. On peut repérer dans certains méridiens comme par exemple celui de l'intestin grêle cette habitude du jugement sur soi, sur l'estomac la tendance à ruminer, on peut repérer dans les racines la peur de ne pas être assez bien ou de se tromper pour ne pas revivre un abandon ou une humiliation. Dans les racines toujours on peut y sentir, l'habitude de reprendre à son propre compte une loi familiale de ne pas oser, d'excès de prudence.

et ploufffffff!!!! l'ego qui a pour principale mission de nous protéger a outrepassé son rôle de gardien et nous enferme pour nous empêcher de changer, de prendre un risque identitaire, d'oser.

Et là, on se dit qu'on va travailler sur sa confiance en soi, sa foi en soi-même et qu'ensuite ce sera plus facile pour oser et passer à l'action.

De mon point de vue, je dirais oui et non..

OUI parce que c'est important de diminuer ses blessures pour que l'égo n'ait pas l'impression d'avoir à serrer les boulons. C'est important dans le sens de défaire une forme d'association mentale entre un choix qu'on a pu poser un jour, et une conséquence qui nous a marqué voire même traumatisé. Je prends un exemple : un jour, enfant, j'ai décidé d'appeler une voisine à l'aide parce que j'étais perdue et je me suis faite grondée de l'avoir dérangée. C'est devenu chez moi, une grande difficulté d'oser déranger et demander de l'aide qui me fait procrastiner. Si je garde un "attachement" à cet évènement, mon égo va me maintenir dans la procrastination de peur de revivre la douleur.

et NON parce qu'on peut continuer un bon moment à travailler sur ce qui a été, à travailler sur sa capacité à se ressentir, sur ses mémoires, ou toutes les fois où on a été blessé comme autant de justification de ne pas se raccorder à ses vrais envies, à ses vrais désirs qui sont eux les vrais moteurs de notre vie et de plaisir. Mon formateur en coaching explique que cela demande toujours de l'énergie de sortir de sa zone de confort mais qu'on récolte une énergie "cadeau" incroyable en retour.

La confiance c'est après avoir agit, très rarement avant.

Donc ma baguette magique, je la choisis pour la réalisation de mes désirs, mes choix et je traverse l'inconfort.

Lorsque je vous accompagne en bioénergie quantique, je vous aide à diminuer l'influence de vos blessures pour soulager le travail de l'égo, je vous éclaire sur votre mode de fonctionnement et je vous aide à regarder dans la direction, celle de votre désir de vous réaliser dans vos objectifs.


26 vues0 commentaire